Allemagne : emprunter pour financer les retraites, mais pourquoi pas?

Plusieurs économistes suggèrent de créer un fonds de pension souverain capitalisé en partie par l’emprunt, afin de compléter le système de retraite par répartition.

La France n’est pas la seule à patauger dans les réformes de son système de retraite. En Allemagne aussi, où l’âge légal de départ à la retraite sera porté progressivement de 65 à 67 ans en 2029, l’avenir du financement des retraites par répartition s’assombrit. L’une des mesures imaginées par les économistes de l’institut allemand Ifo consisterait à créer un fonds de pension à crédit, qui servirait à compléter la retraite de base en versant une rente aux bénéficiaires.

Ce fonds de pension, qui pourrait être géré par la Bundesbank, mettrait à profit la faiblesse des taux puisqu’il serait alimenté par l’emprunt, et à hauteur de 0,5% du PIB chaque année par l’impôt, suggèrent les économistes. Ces derniers estiment que les rendements du fonds pourraient permettre de servir un capital d’au moins 16 000 euros par bénéficiaire.

L’exemple norvégien

L’agence de notation berlinoise Scope avait déjà émis la même suggestion, en proposant de consacrer 1% du PIB à la capitalisation d’un fonds souverain de 1000 milliards d’euros, dont la moitié issue de l’impôt, et l’autre moitié de l’emprunt. D’après les calculs de Scope, les premières rentes pourraient ainsi être versées en 2039, explique le magazine allemand Focus. Le modèle suivi par l’Ifo est celui du fonds de pension souverain norvégien, qui a enregistré une performance moyenne de 5,47% sur les vingt dernières années.

Les obligations d’Etat allemandes sont actuellement en territoire négatif, c’est-à-dire que les investisseurs payent pour prêter de l’argent à l’Allemagne. Et la dette allemande est tombée sous la barre des 60% de son PIB (contre 98,5% pour la France), ce qui constitue une situation idéale pour jouer de l’effet de levier de l’emprunt.

Source : Argus de l’assurance

Retour à la liste