Concubinage : pas de versement du capital décès en l’absence de preuve de vie commune

Civ.1e, 3 octobre 2018, 17-13.113

Faits Consécutivement au décès de la souscriptrice d’un contrat d’assurance-décès, son concubin – agissant en son nom personnel et en qualité d’administrateur légal des quatre enfants de l’assurée – assigne l’assureur. Il sollicite la condamnation de ce dernier au paiement du capital décès prévu au contrat et de rentes éducation pour les enfants. En appel, sa demande est rejetée. Il se pourvoit en cassation.

Décision Selon les juges du fond, les attestations fournies par le demandeur sont imprécises. Et à la lecture des moyens du pourvoi, l’administrateur légal met en exergue sa situation de concubinage avec l’assurée justifiant une vie commune stable et continue « entre deux personnes qui vivent en couple ». Le pourvoi est rejeté.

Commentaire
En vertu de l’article 515-8 du code civil, le concubinage est une union de fait, caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de continuité, entre deux personnes vivant en couple. Contrairement aux moyens du pourvoi et conformément à la décision des juges du fond, la Haute juridiction relève que la preuve de la vie commune à la date du sinistre n’est rapportée ni par les factures d’électricité, ni par les mentions du nom du défendeur et de l’assurée sur le bail locatif. Dès lors, elle retient que la demande du concubin ne peut aboutir.

Source : L’argus de l’assurance 

Retour à la liste