Environnement : les Français inquiets des effets du changement climatique

Selon une étude commandée par le groupe Aesio et la Croix-Rouge française, une majorité de Français pensent que le système de santé est mal préparé à ce défi.

Alors que les questions environnementales prennent une place de plus en plus importante, une étude menée par le groupe mutualiste Aesio et la Croix-Rouge française à l’occasion de la Journée mondiale de la santé du 7 avril révèle que 9 Français sur 10 estiment que les changements climatiques ont des effets bien réels sur la santé, 54% se sentent mal informés et 67% pensent que le système de santé est mal préparé pour y répondre.

« Le réchauffement climatique et ses effets avérés sur la santé sont un véritable problème de santé publique », affirme Emmanuel Roux, directeur général du groupe Aésio, ajoutant que « en tant qu’acteur de la santé et de la prévention, il est de notre responsabilité d’intégrer ce risque dans nos dispositifs d’information et de sensibilisation à destination de nos adhérents ».

Crainte des cat’nat

Ce sont les conséquences directes des changements climatiques que les Français redoutent en premier lieu, à savoir la multiplication des catastrophes naturelles (à 89%), suivie des aléas climatiques tels que les canicules ou les vagues de grand froid (à 85%). Du côté des conséquences indirectes, la crainte d’être confrontés à des conflits liés à la raréfaction des ressources prévaut pour 79% des sondés, suivie par les migrations de populations pour 76% d’entre eux.

Les dérèglements de santé apparaissent également comme des craintes majeures : 75% des Français redoutent d’être touchés par des maladies pulmonaires ou cardiovasculaires liées aux changements climatiques, et 73% expriment une peur de voir surgir en métropole des épidémies de maladies qui n’y sont aujourd’hui pas présentes (dengue, paludisme, choléra…).

Manque d’information

Quand bien même ces événements se produisent déjà en France, à peine plus de la moitié des sondés (53%) estiment qu’ils sauraient quoi faire en cas d’inondation ou de tempête. Dans le cas d’une épidémie de maladie pas ou peu présente en France aujourd’hui, ils ne sont plus que 34% à estimer savoir comment réagir, témoignant de la nécessité d’une plus grande information en matière de prévention et de gestion des risques.

S’ils ne font guère confiance aux acteurs institutionnels ni aux entreprises pour affronter ces enjeux, les Français se fient avant tout aux professionnels de santé et aux associations et ONG. Et ils sont prêts à s’engager : 67% des sondés déclarent qu’ils pourraient s’engager auprès d’une association dont la vocation est de trouver des solutions à ces problématiques.

L’enquête a été réalisée en ligne par Harris Interactive du 22 au 25 mars 2019, auprès d’un échantillon représentatif de 1 061 personnes.

Sources : Argus de l’Assurance

Retour à la liste