Fraude à l’assurance : la santé pas épargnée

Une étude menée par la société YouGov fait le point sur la fraude à l’assurance, soulignant notamment que près d’un Français sur dix se dit prêt à frauder auprès de son assureur.

Les Français sont « majoritairement honnêtes » en matière d’assurance. Telle est l’introduction d’une étude menée par la société YouGov consacrée à la fraude à l’assurance, mais cette analyse met toutefois en avant certains risques.

Cette étude* réalisée pour lecomparateurassurance.com relève notamment qu’une des principales incitations à la fraude serait la complexité même des contrats d’assurance : ainsi, seuls 12% des personnes interrogées se disent à même de « comprendre l’ensemble des tenants et aboutissants » de leurs contrats – ceci étant, 55% disent « comprendre l’essentiel ». Reste, donc, un tiers de l’échantillon considérant que ces contrats sont flous, voire incompréhensibles.

Près d’un Français interrogé sur dix (8% exactement) se dit prêt à frauder auprès de son assureur. L’étude fait un focus sur la santé : les trois situations frauduleuses les plus souvent évoquées par l’échantillon interrogé sont la non-communication d’un changement de situation (7,64% des personnes interrogées), l’omission d’un risque pour payer moins cher sa cotisation (6,42%) et la volonté d’assurer un risque sur lequel un sinistre est déjà existant (5,56%).

L’étude conclut en citant les données de l’Agence de Lutte contre la Fraude à l’Assurance (ALFA) : le montant des fraudes et activités fautives détectées et stoppées en 2017 s’élevait ainsi à 9,7 millions d’euros en santé et 21 millions en prévoyance.

* Méthodologie : étude menée auprès de 1007 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus, les 8 et 9 avril 2019, en ligne sur le panel propriétaire de YouGov.

Source Argus de l’assurance

Retour à la liste