Le geste qui a sauvé des vies lors de l’incendie boulevard Macdonald

Un incendie s’est déclaré au 128 boulevard Macdonald (Paris XIXe) le samedi 6 avril 2019 sur les coups de 21h. Quelques minutes après les premières flammes, une forte détonation – liée à une explosion de gaz – raisonnait.

La probable cause de l’incendie boulevard Macdonald

D’après les premiers éléments de l’enquête, un barbecue allumé sur un balcon de la résidence serait à l’origine de l’incendie. Une bonbonne de gaz, qui a explosé par la suite, était par ailleurs stockée sur le balcon. Celui-ci était très encombré selon les constatations du voisinage.

« La terrasse était envahie d’objets en tout genre, même des réfrigérateurs, des scooters et une grosse bonbonne de gaz qui a explosé », a ainsi confié un témoin auprès du Parisien.

La Brigade des sapeurs pompiers de Paris (BSPP) a d’ores et déjà assuré que le 128 boulevard Macdonald n’était pas relié au réseau de gaz de la ville de Paris. Ce qui écarte la thèse d’une fuite de gaz liée à un défaut de canalisation… Comme cela était par exemple le cas lors de l’incendie de la rue de Trévise au mois de janvier dernier.

À noter que l’électricité avait été coupée sur l’ensemble du boulevard Macdonald suite à l’explosion. Une simple mesure préventive, le temps que la levée de doute soit effectuée.

Le déroulé de l’incident

Le départ de l’incendie, autrement dit le lieu du barbecue, se situe au 4e étage de la résidence. Sur les six que comporte cette dernière.

France Info précise par ailleurs que quatre étages, du deuxième au cinquième niveaux du bâtiment, ont été touchés par les flammes. Le Figaro ajoute que ce sont au total 27 appartements qui ont été ravagés, de manière plus ou moins importante.

Outre les premières flammes provenant du barbecue, l’explosion de la bonbonne de gaz située sur ce même balcon a ensuite favorisé la propagation.

« On a entendu des détonations effrayantes. On a senti l’immeuble trembler… », confie Mamadou, résident de l’immeuble, au Parisien.

« J’ai entendu un “boum”. Puis je suis sortie et j’ai vu les flammes aux 2e, 3e et 4e étages. C’était affreux ! Le feu était partout », confie pour sa part une voisine à l’AFP.

Au final, aucune perte humaine n’a été déplorée lors de ce spectaculaire incendie. Une donnée qui s’explique par deux éléments majeurs.

Un geste salvateur durant l’incendie

En premier lieu, l’heure relativement clémente à laquelle l’incendie a débuté. Il est en effet question d’un départ de flammes peu avant 21 h. Soit en début de soirée.

« Le sinistre est survenu vers 21 h. Les gens ne dormaient pas et ont donc pu évacuer d’eux-mêmes, très rapidement. C’est une véritable chance (qu’il n’y ait aucune victime) », a déclaré dans les colonnes du Parisien le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole de la BSPP.

Autre élément à prendre en considération : l’alerte très rapidement lancée par des adolescents résidents du 128 boulevard Macdonald ou dans un voisinage proche. Ces derniers n’ont pas hésité à frapper aux portes des appartements du bâtiment afin de prévenir les habitants du départ d’incendie.

« Malgré le feu, ils sont montés dans les étages », confirme notamment une habitante de la résidence pour France Info.

Maire du XIXe arrondissement de Paris, François Dagnaud, n’a pas manqué de souligner – via un communiqué – « le courage de la dizaine de jeunes de la résidence qui, dès le début de l’incendie, ont alerté les habitants et ont permis leur évacuation rapide ».

L’intéressé a par ailleurs officiellement annoncé, par le biais de ce même message, son intention d’inviter l’ensemble de ces jeunes héros à la mairie dans un avenir proche.

Les solutions après l’incendie

Il aura fallu un peu plus de deux heures aux soldats du feu pour circonscrire cet incendie du boulevard Macdonald. Selon diverses sources médiatiques, entre 60 et 80 membres de la BSPP étaient présents pour lutter contre les flammes.

Si aucune perte humaine n’a été constatée jusqu’à présent, il n’en est pas de même concernant les biens.

Sur les 27 appartements endommagés par cet incendie, une vingtaine ont été déclarées habitables. 4 ou 5 d’entre eux, le chiffre variant en fonction des médias, sont pour leur part « durablement inhabitables » d’après la mairie du XIXe arrondissement de Paris.

En attendant, les locataires de ces appartements inhabitables rejoindront un hébergement hôtelier proposé par la RIVP (Régie immobilière de la ville de Paris). Ils disposeront, dans un second temps, d’un « relogement pérenne » de la part de la RIVP.

Une cellule de soutien psychologique a par ailleurs été mise en place par la mairie.

Retour à la liste