Un an après sa mise en place, la téléconsultation se développe timidement

Afin de lutter contre les déserts médicaux, la téléconsultation a été généralisée en France il y a un an, le 15 septembre 2018. Depuis cette date, il est possible de consulter un médecin à distance, par vidéotransmission pour assurer un suivi post-opératoire, effectuer un renouvellement d’ordonnance chronique ou encore poser un diagnostic simple.

60 000 actes remboursés en un an

Un an après sa mise en place, plus 60 000 actes de téléconsultation ont été remboursés par la Sécurité sociale.

Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance maladie, s’est félicité de la « très nette progression » de la téléconsultation au dernier semestre : « Au bout des six premiers mois on était à peine à 8 000 téléconsultations (…). Aujourd’hui on est à plus de 3 000 consultations par semaine ». Le directeur général affirme que cette pratique est amenée à se développer davantage grâce à plusieurs pratiques, notamment la mise en place dans les officines des pharmaciens de cabines individualisées facilitant la téléconsultation.

Quelles sont les personnes qui pratiquent la téléconsultation ?

Les médecins qui pratiquent la téléconsultation sont, en moyenne, plus jeunes que l’ensemble de la profession : la moitié ont moins de 50 ans.

Même constat chez les patients : le tiers des téléconsultations a été réalisé sur des personnes de moins de 30 ans, et 56 % sur des moins de 40 ans.

Sur la localisation, près de 44 % des actes de téléconsultation ont été réalisés en Ile-de-France.

Quelle prise en charge Sécu pour la téléconsultation ?

Les téléconsultations sont prises en charges par la Sécurité sociale aux taux classiques. Le remboursement est conditionné au respect du parcours de soins coordonnés : pour être remboursée, la téléconsultation doit être pratiquée par le médecin traitant, sauf exception (enfant de moins de 16 ans, consultation d’un spécialiste en accès direct, etc.).

Attention toutefois : certaines plateformes privées dotées de médecins à temps plein ou partiel, comme Livi ou Qare, proposent des téléconsultations dans toute la France non remboursées par la Sécu. « Ces plateformes vous donnent accès à un médecin que vous n’avez jamais vu, qui ne vous connaît pas, que vous ne reverrez pas et qui ne figure pas dans une organisation territoriale près de chez vous. Ces consultations ne seront pas remboursées » avait prévenu Nicolas Revel il y a plusieurs mois, une décision qui a été confirmée par le Conseil d’État dans une ordonnance du 29 mai 2019.

Source : Previssima

Voir d’autres actualités

Retour à la liste