Sécu : le projet de budget adopté en 1ère lecture à l’Assemblée nationale.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale reste relativement neutre pour les organismes d’assurance maladie complémentaire.

Les députés ont adopté mardi 29 octobre en première lecture le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) par 339 voix pour et 188 contre. Les quatre jours de débats en séance publique se sont surtout attardés sur la difficile situation de l’hôpital public, sans  remise en cause de la place et du rôle des organismes d’assurance maladie complémentaire (Ocam) –  ni des réseaux de soins-, comme cela a pu être le cas à plusieurs reprises ces dernières années. Ainsi, les députés ont notamment entériné une révision du mode de financement des urgences, adoptant un amendement issu des travaux menés par le député Thomas Mesnier (LREM), et voté aussi un amendement du gouvernement qui améliore la visibilité des établissements de santé à trois ans sur leurs ressources financières, et ce dès la période 2020 – 2022.

Premières mesures sur la dépendance

Alors qu’un projet de loi sur la dépendance est toujours attendu d’ici la fin de l’année, les députés ont aussi voté à l’unanimité la création d’un congé de proche aidant, à hauteur de 43 euros par jour pour une personne aidante en couple et jusqu’à 52 euros pour une personne isolée. Cette mesure, qui entrerait en vigueur au plus tard en octobre 2029, a été saluée par la Mutualité française, dont le directeur général Albert Lautman a évoqué dans les colonnes du magazine Capital une « bonne nouvelle pour lutter contre la dépendance ».

Un satisfecit qui ne vaut pas pour le projet de budget dans son ensemble. Au conseil de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnm), la FNMF avait exprimé un avis défavorable, dénonçant « un texte de renoncement à l’équilibre des comptes sociaux », ce qui en fait « un projet de loi de non-financement de la sécurité sociale ». « Alors que notre système de santé craque de toute part, ce texte ne donne pas les moyens nécessaires à sa transformation et ignore l’urgence », déplorait Thierry Beaudet, président de la FNMF.

Le texte poursuit son parcours législatif dès ce mercredi 30 octobre, avec son passage à la commission des Affaires sociales du Sénat.

Source : Face au risque

Voir nos offres pour la protection des personnes

Retour à la liste